GPW2017
Du Pays d’Ourthe-Amblève aux hauteurs de Namur


Le Grand Prix de Wallonie fête en 2017 sa 58e édition. La semi-classique automnale wallonne reste fidèle à son adn « moderne » en faisant la jonction entre Chaudfontaine et les hauteurs de la Citadelle de Namur où le Français Tony Gallopin (Lotto-Soudal) s’était imposé en 2016.



Le Grand Prix de Wallonie en est, cette année, à sa 58e édition. Organisée depuis 2003 par le TRW Organisation, organisateur du Tour de Wallonie, la course a, depuis lors, planté son camp de base de départ dans l’entité de Chaudfontaine en province de Liège, pour emmener le peloton vers Namur. Le « GPW » est ainsi une très belle occasion de revisiter une partie de la Wallonie entre le Pays d’Ourthe-Amblève et les bords de la Meuse namuroise.
Le départ est fixé au coeur de Chaudfontaine. La cité est arrosée par la Vesdre, affluent de l’Ourthe. L’eau est présente à tous les instants à Chaudfontaine où plusieurs sources d’eau chaude jaillissent du sous-sol. Certaines de ces sources sont exploitées et produisent une eau minéralisée. D’autres sont destinées aux bienfaisantes cures thermales.
Le peloton prend la direction de Sprimont, pays de la « pierre bleue », et d’Aywaille, important pôle touristique du pays d’Ourthe-Amblève qui compte quatre sites repris sur la liste du Patrimoine Exceptionnel de la Wallonie: la Heid des Gattes, les Grottes de Remouchamps, la Vallée de Ninglinspo et les Fonds de Quareux.

Le passage à Stoumont annonce la première difficulté répertoriée du jour, la Côte de Saint-Hubert, qui s’enchaîne rapidement avec la Côte de Saint-Remacle, du nom de l'illustre fondateur de l’Abbaye de Stavelot, et la Côte de Werbomont, dans la commune de Ferrière. Le peloton pointe ensuite vers Tohogne, petit village de l’entité de Durbuy où se distingue l’église Saint-Martin, fleuron du patrimoine architectural roman du Luxembourg belge. Les coureurs file vers Havelange, via les entités de Clavier et de Somme-Leuze, où ils entrent en province de Namur. Nous sommes à la mi-parcours. C’est le ravitaillement!
Après Gesves et Assesse, Spontin et ses sources d’eau minérale ouvrent la voie vers Dorinne, dans l’entité d’Yvoir. La caravane met le cap vers Loyers avant de plonger vers Dinant. La cité mosane est fière de son patrimoine historique, architectural et touristique… son Rocher Bayard, sa Collégiale Notre-Dame, sa citadelle perchée sur un rocher 100 mètres au-dessus de la Meuse, son illustre Adolphe Sax, inventeur du saxophone…

Les séduisants bords de Meuse dinantais ne peuvent toutefois faire oublier les quatre dernières difficultés répertoriées du jour qui s’annoncent: la Côte d’Ermeton, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, la Côte de Lustin, village cher à l’acteur Benoît Poelvoorde, le Tienne aux Pierres à Wépion et ses 3,2 kilomètres à 5,2 % de moyenne, et le grand final sur les pentes souvent décisives conduisant vers la Citadelle de Namur, 2 kilomètres à 6 % de moyenne pris d’assaut par les meilleurs puncheurs du peloton du Grand Prix de Wallonie.


Chaudfontaine. La localité de Chaudfontaine est arrosée par la Vesdre, sous-affluent de la Meuse. Les sources d’eau chaude, uniques en Belgique, lui ont donné son nom. L’eau, qui descend à quelque 1.600 mètres sous terre, jaillit à une température de 37 degrés, après avoir été filtrée par la nature des roches filtrantes calcaires et du schiste. Des sources sont également destinées aux cures thermales. 




La Citadelle de Namur. La Citadelle de Namur trône sur la capitale de la Wallonie. Lieu très touristique et rendez-vous de nombreux événements sportifs, la Citadelle a de tous temps occupé une position stratégique en Europe. Elle fut un centre de commandement au Moyen-Age, elle fut au centre de nombreuses turbulences entre le XVe et le XIXe siècles, quand Namur fut successivement espagnole, autrichienne, française, hollandaise. Elle fut partiellement démilitarisée par le roi Léopold II dès 1891. Le Ministre de la Défense rendit les clés de la citadelle à la ville de Namur en 1975. Les derniers paracommandos quittèrent les derniers bastions en 1977. Réaménagée en haut lieu touristique, la Citadelle de Namur fait partie du Patrimoine immobilier exceptionnel de Wallonie.


La course vue par Christophe Brandt
« Le Grand Prix de Wallonie est une course typique pour son parcours que je qualifierais de traditionnel. La première partie est vallonnée avec la Côte de Saint-Hubert, qui est la première partie de la Vecquée, et la Côte de Saint-Remacle du côté de Trois-Ponts. Une échappée anime souvent ce premier volet de la course. On plonge ensuite vers Dinant via Spontin et Yvoir, où le vent peut jouer un rôle, pour aborder les côtes de la seconde partie de la course, notamment Lustin et le Tienne aux Pierres qui sont propices aux attaques avant la montée finale et souvent décisive de la Citadelle de Namur. On retiendra quand même que ce sont toujours les coureurs qui font la course, à quelques jours des championnats du monde. »





Le parcours

Les côtes

L'itinéraire-horaire

Les équipes

Le programme