CHAUDFONTAINE - SERAING - 23 juillet 2017


Etape 2 - 23 juillet - 2017 Chaudfontaine-Seraing - 189,4 km

Des sources d'eau chaude aux résidences des Princes-Evêques

 

La 2e étape du VOO Tour de Wallonie s’élance de Chaudfontaine. L’entité aime le vélo pour accueillir depuis de longues années le départ du Grand Prix de Wallonie en septembre (Beaufays). Chaudfontaine est, par ailleurs, une des villes les plus visitées, ces dernières années, par le Tour de Wallonie. On y a vécu le départ de la 2e étape en 2002, de la 4e en 2005, de la 5e en 2010. Des arrivées y ont été jugées, de la 5e étape en 2003 et de 4e étape en 2006. Seraing a, pour sa part, connu les arrivées de la 1ère étape en 2000 et en 2002 et de la 4e en 2008. Cette 2e étape aux 9 GPM est destinée aux  puncheurs.

LIVE FR - NL


La 2e étape du VOO Tour de Wallonie est sans conteste la plus dense en termes de difficultés, 10 GPM répertoriés étant au programme. Les coureurs partent de Chaudfontaine, en province de Liège. La cité est arrosée par la Vesdre. L’eau est présente à tous les instants à Chaudfontaine car plusieurs sources d’eau chaude jaillissent du sous-sol. Certaines de ces sources sont exploitées et produisent une eau minéralisée. D’autres sources sont destinées aux cures thermales.
De Chaudfontaine, les coureurs se dirigent vers Olne, village millénaire située au cœur du Pays de Herve, et Soumagne où on exploitait jadis le charbon du plateau de Herve. On peut toujours y admirer la salle des machines et la « Belle Fleur », chevalement du charbonnage du Bas-Bois. Le première GPM arrive avec la Côte de Rafhay. Le peloton fonce vers La Calamine. L’entité a tiré son nom d’un minerai de zinc, «la « calamine », qui fut exploité dans le sous-sol jusqu’à la fin du XIXe siècle. Direction Jalhay, du côté du barrage de la Gileppe qu’a visité le ZLM Tour en juin. Theux annonce une belle succession de GPM, via Sprimont et Esneux, jusqu’au circuit local dont l’entrée se fait à Neupré. La commune a pris un nom très orignal, lors de la fusion des communes en 1977: Neupré est en fait l'acronyme des initiales des quatre anciennes communes de Neuville-en-Condroz, Plainevaux, Rotheux-Rimière et Ehein-Haut. Le col de Bonsgnée est la difficulté du circuit local autour de Seraing. La côte est longue de 1,4 kilomètres et elle présente une difficulté moyenne de 4 %.

Seraing et la Rue de Val Saint-Lambert accueillent l’arrivée de cette 2e étape. La cité a été la résidence d’été des Princes-Evêques de Liège. Elle est devenue, par la suite, très industrielle. Nous sommes dans l’Ardenne condruzienne. Seraing fut jadis rendue célèbre avec son usine Arcelor-Mital. La sidérurgie y fait désormais partie du passé depuis 2014. Le haut-fourneau n°6 fut démoli en 2016. La statue de John Cockerill trône devant l’Hôtel de Ville, en symbole du passé.



 

A voir...

Abbaye et église de Beaufays. Le prieuré, ou abbaye, des chanoines de Saint-Augustin à Beaufays fut créé par une donation de l’évêque de Verdun en 1123. L’histoire de ce monastère se termina en 1798. Il fit l’objet de ventes successives à plusieurs propriétaires. Après avoir subi des dégâts en 1940, le bâtiment fut remis en état dès 1951 et a complètement rénové au fil des ans.




Barrage de la Gileppe. La construction du Barrage de la Gileppe fut demandée par les lainiers de Verviers en 1857. L’industrie textile locale avait besoin de quelque quarante mille m3 d’eau pure tous les jours. Le barrage hydraulique a été construit dans la partie septentrionale de la forêt du Hertogenwald. Il est essentiellement alimenté par l’eau de la Gileppe et du ruisseau Louba. La paroi du barrage est une des plus anciennes d’Europe. Le barrage, construit par le maître d’oeuvre liégeois Eugène Bidaut, a été inauguré le 28 juillet 1878 par le Roi Léopold II. La capacité de contenance du lac est de quelque 25 millions de m3 sur une superficie de 86 hectares. Le « Lion » qui veille sur la muraille regarde vers l’Est. Il est composé de 183 blocs pouvant peser jusqu’à 7 tonnes par pièce... Le barrage proprement dit fut construit en moellons bruts de grès noyés dans un mortier de chaux. Quelque 76.3000 m3 cube d’eau passent chaque jour via deux colonnes de 900 mm de diamètres alimentant l’aqueduc sous une hauteur de chute de 42,90 mètres. Cette force énorme produit quelque 3,3 millions de kwh par an. (www.gileppe.com)

 

L’étape vue par Christophe Brandt
« Paradoxalement, cette 2e étape n’est pas la plus dure du Tour de Wallonie, même si on y comptabilise 9 GPM. La finale à Seraing est très abordable. Je dirai que cette étape est à l’image de ce que les coureurs attendent du Tour de Wallonie: une relance de la saison et une préparation pour la suite. Le but est que les coureurs travaillent pendant la course. Le parcours n’est certes pas hyper-facile, il y a donc de quoi faire. Dans cette 2e étape, un sprinter complet pourrait tirer son épingle du jeu. Cela étant, si le peloton se met à faire la course dès le départ, ça peut donner tout autre chose à l’arrivée. »
Cette étape est pour les puncheurs.





L'étape 2 en bref
  • 23 juillet 2017
  • Chaudfontaine - Seraing
  • Kilométrage. 189,4
  • Sprints. 3: La Calamine (km 37,6), Seraing (km 145,6), Seraing (km 169,8).
  • GPM. 8: Côte de Rafhay (cat. 2, km 11,1), Côte de Thimister (cat. 2, km 23,9), Côte de Spitzberg (cat. 1, km 67), Côte des Becco (cat. 1, km 91,8), Côte de Playe (cat.12, km 104,9), Côte du Ry d’Oneux (cat. 2, km 122), Côte du Petit Berleu (cat. 2, km 131,4), Col de Bonsgnée (cat. 2, km 153,1 km).
  • Circuit local. 2 x 24,2 km.
  • Ravitaillement. Becco (Theux), km 94,5.
  • Départ: 11h40.
  • Arrivée: vers 16h20.
MEDIA et DOWNLOADS Carte - Itinéraire-Horaire